Violences perverses & destructrices

Coparentaliter avec une personnalité perverse et destructrice

Votre message :
"Je suis maman d'une petite fille bientôt âgée de deux ans et à sa naissance j'ai fui de chez son père car il exerçait sur moi des violences morales (pervers narcissique).Par la suite, il n'a cessé de me menacer, de m'insulter et tout ce qu'il a demandé en justice, il l'a obtenu (il est odieux mais sait se contrôler en public et il passe pour un homme bien).Sa prochaine étape, puisqu'il ne cesse de me menacer avec cela, c'est la résidence alternée au moment où ma fille aura trois ans. Compte tenu de l'âge et de la personnalité de son père, et du fait qu'il obtienne tout ce qu'il demande, je suis inquiète. Merci de m'aider et de me contacter je ne
sais plus quoi faire."



Constat


La violence physique, qui concerne une femme sur dix, est toujours précédée de la violence psychologique.
Si celle-ci est désormais reconnue par le code pénal, il n’y a pratiquement pas eu de condamnation pénale relative au harcèlement moral dans la vie privée en France (alors que de nombreuses condamnations pour harcèlements moral dans les entreprises sont prononcées chaque année). Le rapport parlementaire de janvier 2012 indique qu’il n’y a pas eu une seule ordonnance de protection prise dans le cadre de violences psychologiques ou de harcèlement moral.


Leurs auteurs, que nous appelons des « manipulateurs destructeurs » savent pertinemment où se trouvent les limites de l’appareil judiciaire.

La principale difficulté réside dans l’administration de la preuve, et la difficulté pour les victimes de fournir des certificats médicaux (l’Ordre des Médecins n’y étant pas favorable). Et même dans le cas où ce harcèlement est constaté les juridictions reviennent à parler de « conflits » parental. Le juge recherchant une posture « d’égalité impossible, alors qu’il s’agit d’une posture d’agresseur et d’une posture de victime.


Le « manipulateur destructeur » a pourtant une personnalité bien définie, bien qu’elle ne soit pas répertoriée en tant que telle dans la nosographie psychiatrique.

Il se comporte selon des scenarios stéréotypés. La connaissance des caractéristiques comportementales permet de les repérer et de faire tomber le masque afin d’éviter leur manipulation
toxique et la répercussion sur les enfants dont ils obtiennent des droits de garde, voire des transferts de garde, arguant impunément que l’objet de leur harcèlement est « fragile » « instable » « dépressive ».. et renversant la charge en leur faveur. Une violence institutionnelle se met en place contre la victime qui la déboute de ses demandes de protection pour elle et son enfant. D'après de nombreux psychiatres et victimologues, la « Manipulation Destructive » est la forme de violence conjugale la plus répandue et la plus insidieuse. Il s’agit de violence psychologique qui touche le plus souvent les femmes.

​Préconisations


 Rendre les enregistrements audio et vidéo prouvant le harcèlement recevables au civil (aujourd’hui uniquement au pénal)
 Permettre aux professionnels de repérer la personnalité pathologique des manipulateurs, en mettant en place une formation spécifique et obligatoire des professionnels du champ social, judiciaire et médical pour leur permettre d’agir avec discernement (magistrats, conseillers conjugaux, médiateurs, éducateurs, médecins etc)
 Les médiations sont formellement contre indiquées, la violence psychologique exige une mise à distance
immédiate, sans aucune tentative de médiation
 Les résidences alternées imposées avec un manipulateur destructeur instrumentalisent gravement les enfants concernés, elles sont à proscrire.